Comment continuer demain ?

Angers, le 18 juin 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Le S.A.A.S. (Structures-Artistes Associés Solidaires) est un regroupement de 27 compagnies professionnelles et d’artistes du spectacle vivant, tous basés en Anjou, regroupés en une même association pour penser leurs rapports en terme de complémentarité, de mutualisation et d’entraide selon les principes d’une économie sociale et solidaire. Fondé en 2003, dans la continuité du mouvement social contre la réforme du système d’indemnisation chômage des intermittents du spectacle, le S.A.A.S. est par nature concerné de très près par l’importance des enjeux culturels et artistiques de notre société.
Chaque compagnie du S.A.A.S. inscrit son activité dans le secteur des « économies culturelles et créatives ». Elle emploie chaque jour des comédiens, metteurs en scène, danseurs, chorégraphes, musiciens, scénographes, peintres décorateurs, techniciens et autres métiers du spectacle.
Tous ces artistes et techniciens sont des salariés intermittents du spectacle.
Sans eux, et sans les salariés des postes administratifs relevant souvent de contrats précaires, pas de théâtres dans la ville, pas de musiciens sur la scène, pas de textes dans la rue, pas de poésies en bas de chez toi, pas d’ateliers dans les écoles, pas de projets artistiques sur le territoire, pas de mots qui interpellent, pas de rêves qui se bousculent, questionnent et se réalisent.
Mais comment continuer demain ?
Comment continuer si les mesures contenues dans le nouvel accord Unedic ne font qu’aggraver le système en vigueur depuis 2003 ?
Comment continuer si on fragilise les plus précaires ?
En conséquence, le S.A.A.S., engagé dans la lutte et solidaire de tous les artistes et techniciens en grève, demande :
- Au ministre du Travail, François Rebsamen de ne pas agréer l’accord UNEDIC du 22 mars 2014
- Une nouvelle concertation pour une réforme juste et équitable du régime spécifique des annexes 8 et 10 de l’Assurance chômage sur la base des propositions du Comité de Suivi.
- Un arrêt des coupes budgétaires sur les sommes allouées à la Culture qui auront des conséquences violentes pour les professions du spectacle vivant, des arts plastiques, du cinéma et de l’audiovisuel.
Les compagnies du S.A.A.S. :
Cie Artbigue, Cie ATEtc, Cie A Travers Champs Cie, Bagoulu, Cie Ceci et Cela, Cie Côté Cour, Cie Crue, Cie Eoliharpe, Cie Ergatica, Cie Hanoumat, Cie Hyémathicus, Cie Jacqueline Cambouis, Cie de La Moutre, Cie les 3 T, Cie Mendigot, Cie Mêtis, Cie Nomorpa, Cie OeilduDo, Cie Piment Langue d’Oiseau, Cie Spectabilis, Cie Fonds de Terroir – Patrick Cosnet, Collectif Platok, Collectif Citron, Cie Six Monstres, Théâtre de l’Equinoxe Cie Vent Vif, Cie Zig Zag

et le festival  » Ça chauffe « .

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.